0612_Managing-the-Unexpected

C'est la tartine qui tombe toujours du mauvais côté. La pluie le jour où on a oublié son parapluie. Et le grand soleil le jour où on a oublié ses lunettes de soleil. La télé qui ne marche pas le soir de l'amour est dans le pré mais qui remarche le lendemain quand c'est match de rugby. Bref, c'est ce qu'on appelle la loi de l'emmerdement absolu. 

Mais avec les enfants, c'est fou comme ça se confirme souvent, non ?

Par exemple, il suffit que je sois pressée, la main sur la poignée de la porte, prête à partir, pour que Mistinguette ait besoin d'aller aux toilettes. Ou que Caillounette me régurgite dessus, au choix. Ou les 2 en même temps, sinon c'est moins drôle.
Je me souviens d'un matin où j'étais déjà particulièrement à la bourre et où Mistinguette m'a fait une colère pour s'habiller. Chaque fois que je réussissais à lui enfiler un vêtement, elle en enlevait un autre, la peste ! On finit - enfin - par partir, et là, embouteillage monstre sur le trajet maison-école qui ne prend que 3 minutes en temps normal. Et bien sûr, pas de place devant l'école, obligée de me garer 3 rues plus loin. Et ce jour-là, il pleuvait évidemment, comme dans les films, juste pour ajouter un côté dramatique à la scène qui n'en avait pourtant pas besoin. Pour couronner le tout, une fois le monstre déposé à l'école, le temps que j'arrive à la gare et que je trouve une place pour me garer j'avais loupé mon train. Et le suivant avait 20 minutes de retard. Non, parce que la journée semblait démarrer si facilement qu'il fallait bien que la SNCF s'y mette. Ce qui m'a valu une attente sous la flotte, sur un quai bondé, pour arriver en retard au boulot et d'une humeur massacrante. Ouais, y'a des jours comme ça...

Je me souviens d'avoir lu dans "J'ai tout essayé" (j'en parle ici) que les enfants ne faisaient pas les choses juste pour nous faire ch***, qu'ils sont incapables d'une telle préméditation. Honnêtement, j'en suis convaincue, mais dans ce cas le hasard se fout bien de nous des fois !  

- C'est forcément la veille du départ en vacances que votre gamin vous fera une poussée de fièvre. Et si vous devez prendre l'avion, ce sera une otite. Ou la gastro si vous avez un long trajet en voiture.

- D'ailleurs en voiture, votre progéniture vous prendra la tête tout le long du trajet avec des "c'est quand qu'on arrive ?", "C'est encore loin ?", "J'en ai marre, je veux descendre"... pour finir par s'endormir 5 minutes avant d'arriver, vous obligeant soit à la réveiller et à subir des grognements/plaintes/pleurs tout le reste de la journée, soit à patienter dans la voiture par 40°C jusqu'à son réveil. 

- Quand votre bébé réussira enfin à s'endormir, après 10km parcourus dans l'appartement en le berçant, votre aîné se réveillera de sa sieste à ce moment précis. C'est une sorte de règle universelle : deux enfants ne feront jamais la sieste en même temps. Et tant pis pour la vôtre.

- La semaine, votre enfant sera réveillé par la sonnerie de son réveil à 7h et aura du mal à se lever, mais sera par contre debout à 6h le samedi matin. Et le dimanche aussi. 

- C'est toujours quand vous avez oublié le rechange, que la couche de bébé va déborder. Et que la couche déborde dans le rechange quand vous y avez pensé. 

...

Je pourrais continuer la liste mais je pense que vous avez compris : s'il existe deux manières pour que les choses se déroulent, dites-vous que c'est toujours celle qui vous cassera les pieds qui se réalisera. Sinon, la vie serait moins marrante, non ?