Maman veut bloguer, enfin elle aimerait bien, mais voilà, maman n'a plus trop le temps à vrai dire !
3 mois et demi que j'ai repris le boulot et j'ai l'impression de courir partout, tout le temps. Honnêtement je me demande comment font les autres !
Depuis ma reprise, je me suis posée beaucoup de questions sur mon rythme. Est-ce que je ne passe pas à côté de quelque chose d'important en ne passant pas plus de temps avec mes enfants ? Est-ce que ce serait vraiment un frein à ma carrière de passer à 80% ? Et d'ailleurs, est-ce que j'y tiens tant que ça à ma carrière ? Si j'étais si ambitieuse, je serai probablement restée à Paris, alors pourquoi pas réfléchir à une autre vie ?
Mais en même temps, j'aime mon boulot, je m'épanouis dans ce que je fais, ça me donne envie d'avancer. Je suis d'ailleurs frustrée parfois de ne pas avancer plus vite, j'aimerais pouvoir m'impliquer davantage et que je sois récompensée pour ça.
Bref, pas facile tout ça. Des interrogations bien féminines. Toujours essayer de tout concilier, de trouver un équilibre entre vie perso et vie pro, propre à chacune.
Mais ce qui est rageant, c'est que quoiqu'on en dise, c'est plus difficile pour nous de trouver cet équilibre. Parce qu'au boulot, on avance en général moins vite. Parce qu'on culpabilise de laisser nos enfants. Parce qu'on essaye de coller à l'image parfaite de la working-girl-wonder-maman.

J'ai assisté il y a quelques temps à un séminaire du groupe pour lequel je travaille. Et il a été question du manque de femmes dans les fonctions managériales (10% de femmes environ) alors que notre groupe compte quasiment autant d'hommes que de femmes. La DRH du groupe (une femme) a expliqué qu'ils essayaient de mettre en place tout un tas de mesures mais que nous - femmes - avions une part de responsabilités dans ces inégalités. Parce qu'on ne demandait pas d'augmentation ou de promotion. Parce que lorsque que nous avions 120% des compétences pour un poste, on ne postulait pas, pensant qu'on ne ferait pas l'affaire, alors qu'un homme qui aurait 70% des compétences requises postulerait tout en étant certain d'être parfait pour le poste. Parce qu'on avait tendance à se sous-estimer. Parce qu'on craignait de ne pas être capable de concilier un poste à haute responsabilité et une vie de famille.
C'est vrai qu'en y réfléchissant, nous agissons souvent ainsi et qu'il faut que nous changions pour faire évoluer les choses. Cela étant dit, il n'y pas que nous qui devons changer...
Je vais vous donner quelques exemples de situations vécues :
- quand il m'a annoncé ma prime, en nette baisse, mon boss a ajouté "ce n'est pas grave, tu as des compensations personnelles, tu viens d'avoir un bébé"
- à mon retour de congé mat', un collègue "alors ? Ces longues vacances c'était bien ?", ça marche aussi quand je m'absente pour garder une des filles malade.
Et la meilleure je pense :
- je me suis fait engueuler par un de mes boss lorsque je lui ai indiqué que je devais écourter une réunion (non prévue) car j'avais la réunion de l'école de Mistinguette. Par ce boss qui est parti 15 minutes après moi pour aller à la réunion d'école de son fils... Qui est aussi celui qui me dit que je devrais faire un 3ème enfant parce que lui en a 3 et que c'est chouette quand même...
Alors franchement, je veux bien entendre que nous devons nous faire violence pour être plus vindicative au boulot, mais quand même il y aurait aussi des coups de pieds à la masculinité à distribuer !
Ça ne nous empêchera probablement pas de nous sentir tiraillées entre nos enfants et notre boulot mais au moins ça soulagera !!